Home Actualité-News Embauche : travailler sur une plateforme pétrolière sans diplome en 2023

Embauche : travailler sur une plateforme pétrolière sans diplome en 2023

8317
0

Travailler sur une plateforme pétrolière

Malgré la montée des mouvements pour les énergies renouvelables, l’extraction du pétrole est une activité qui reste d’actualité. En effet, cette énergie fossile est encore très utilisée pour alimenter les industries, fabriquer du plastique, faire rouler les voitures, etc. Ainsi, les plateformes pétrolières sont des lieux importants, et des sources d’emplois. Évidemment, c’est un univers qui n’est pas accessible à tous. Certains profils sont privilégiés par les compagnies spécialisées.

Lire aussi ETFPA / Concours d’entrée dans les Établissements Publics de Formation Professionnelle, Année 2022-2023

Pourquoi travailler sur une plateforme pétrolière ?

Le secteur de la pétrochimie est essentiel pour le bon fonctionnement du monde actuel. Les spécialistes en la matière ont plusieurs bonnes raisons d’y faire carrière. Choisir de travailler sur une plateforme pétrolière est particulièrement pertinent pour les amateurs d’aventure en pleine mer. Bien qu’il s’agisse d’un milieu hostile, ces structures sont à la fois fascinantes et uniques en leur genre. Ce sont de véritables prouesses d’ingénierie qui fournit le monde en carburant.

Lire aussi Programme de stages banque mondiale 2023

Travailler sur une plateforme pétrolière est aussi l’occasion pour les techniciens de voyager. Les points d’extraction sont nombreux à travers le monde. Une grande partie se trouve dans la mer du Nord. La golfe de Guinée est également un gisement d’importance et le Golfe du Mexique n’est pas non plus en reste. Autant de destinations possibles où dénicher un poste avec les qualifications et le savoir-faire requis.

Par ailleurs, les entreprises exploitantes proposent réellement des salaires intéressants aux candidats. Il s’agit d’un secteur encore très florissant qui offre de belles opportunités à saisir. Les métiers qui s’y pratiquent sont, en plus, très passionnants. C’est également l’occasion de faire des rencontres avec des collaborateurs des quatre coins du globe. En effet, c’est un milieu très internationalisé auquel toutes les nationalités peuvent avoir accès.

Les différents types de métiers

Même sans grandes expériences ni diplômes avancés, il est possible de travailler sur une plateforme pétrolière. Le choix des métiers est assez large pour tous les niveaux de compétences. De plus, les compagnies sont en perpétuel recrutement à cause d’importants turnovers que certains postes rencontrent.

Lire aussi Travailler chez bolloré en 2023

Les soudeurs sont, par exemple, extrêmement recherchés. Comme les plateformes se composent essentiellement de pièces de métaux, leur présence est plus qu’indispensable. Être en plus capable de plonger peut très vite faire grimper la rémunération. Évidemment, les exigences de compétences sont plus strictes.

Par ailleurs, les postulants peuvent aussi miser sur le métier de technicien pétrolier. Ce professionnel assure, selon la zone qui lui est assignée, que toutes les installations fonctionnent normalement. Un spécialiste de la maintenance peut aussi effectuer les réparations en cas de dysfonctionnement. À cela s’ajoutent les foreurs, l’accrocheur, les cuisiniers et les différentes manœuvres.

En outre, des postes à responsabilités sont aussi à pourvoir. Les chefs de chantier ou d’équipe sont particulièrement sollicités. D’un autre côté, les ingénieurs en installations pétrolières ont également d’importants rôles à jouer. Tout dépend ensuite des besoins des plateformes qui ont chacune ses caractéristiques propres.

Lire aussi Belgique : Voici comment vivre et travailler en Belgique en 2023

Les qualités nécessaires

Avant de décider de travailler sur une plateforme pétrolière, il faudra évaluer son profil. C’est un milieu éreintant qui nécessite de nombreuses qualités pour pouvoir y travailler sur le long terme.

L’endurance sera notamment de mise. La plupart du temps, les journées durent plus de 12 heures, pouvant aller jusqu’à 14 heures pour certains. Les rythmes sont très effrénés et les efforts à la fois physiques et mentaux à fournir sont très nombreux. Cela implique alors également d’avoir une parfaite condition physique. Évidemment, savoir nager est vivement conseillé, car il s’agit quand même de travailler aux larges.

Lire aussi Voici comment travailler dans une organisation internationale en 2023

Par ailleurs, les conditions météo ne sont pas toujours idéales. Au niveau de certaines régions du monde, il fera très chaud. Ce sera le contraire pour d’autres localisations où le froid est extrême. Les professionnels doivent pouvoir s’adapter aux variations du temps.

D’un autre côté, une plateforme pétrolière est un lieu très dangereux. Le risque de se blesser ou d’être en contact avec des substances toxiques est très élevé. Pour éviter les événements préjudiciables, la connaissance des règles de sécurité est essentielle ainsi que le respect des procédures. Il faut alors être rigoureux dans ses tâches et rester constamment vigilant.

Être méthodique sera également d’une grande aide, car les missions à compléter en un cours laps de temps seront nombreux. La mobilité, l’adaptabilité ou encore le sens du travail d’équipe sont aussi exigés par les recruteurs. Enfin, parler couramment anglais sera obligatoire.

Lire aussi Nestlé recrutement 2023: Agronome Coffee Plan Nestlé Abidjan,

Quelle formation pour travailler sur une plateforme pétrolière ?

Pour les métiers de type soudeur, il est possible de se faire embaucher avec, uniquement, une formation professionnelle. Plusieurs instituts en France permettent de bénéficier de cursus courts, adaptés pour pouvoir travailler sur une plateforme pétrolière. Les cours se concentreront sur des points techniques, permettant d’être immédiatement opérationnel. Les CAP de conducteurs d’engins ou de BTP peuvent également servir à postuler.

Lire aussi Emploi : Ivoire transport recrute en urgence plusieurs postes 2023

En outre, pour des postes plus spécifiques, il faudra se renseigner auprès des organismes spécialisés. Dans le cas des plongeurs par exemple, l’Institut national de la plongée professionnelle (INPP) leur ouvre ses portes. Pour un maintenancier, l’École nationale supérieure du pétrole et des moteurs est une voie à envisager.

Cependant, un grand nombre de fonctions nécessite aussi des formations plus poussées, au-delà du Bac. Par exemple, un BTS en électrotechnique ou en maintenance des systèmes permet de diriger des travaux plus compliqués. Avoir un Bac+3 en génie chimie ou en exploration et exploitation pétrolières sera le pont vers un recrutement garanti.

Lire aussi PETRO-IVOIRE : Recrutement 2023 ouvert

Le master ou l’ingéniorat seront indispensables pour pouvoir devenir un cadre au niveau d’une plateforme pétrolière. Le mieux serait de regarder les annonces les plus récentes publiées par les industries du secteur. Elles renseignent sur les formations exigées ce qui peut faciliter l’orientation en fonction du poste qui passionne le futur candidat.

Quels salaires envisageables ?

Travailler sur une plateforme pétrolière est rémunérateur au vu du challenge que cela représente. Par rapport à des postes similaires au niveau d’usines ou d’industries sur terre, prendre le large permet de gagner plus.

Lire aussi Life tv : nouveau recrutement disponible chez LIFE TV 2023

Même en commençant au plus bas de l’échelle, les personnes concernées obtiendront largement plus que le SMIC français. Ainsi, les bases sont souvent de 3 000 à 5 000 dollars mensuels, même en étant des débutants. C’est ce que les simples ouvriers (soudeurs, foreur, etc.) peuvent attendre de leurs employeurs. D’un autre côté, avec un Bac+2 et peu plus de responsabilités, ces sommes peuvent monter à presque 6 000 dollars par mois.

À part cela, les métiers à risque sont largement mieux rémunérés. Les soudeurs plongeurs ont l’occasion de gagner entre 10 000 et 15 000 euros par mois. Le principe est le même pour les chefs d’équipes et de chantiers. Enfin, les salariés bénéficient également de primes de risque de mobilité ou de conditions climatiques extrêmes.